Accueil > Actualités > L'actualité des Chrétiens d'Orient > Mgr SEDRAK, nouveau Patriarche copte catholique

Mgr SEDRAK, nouveau Patriarche copte catholique

16/01/2013

Le successeur du patriarche Antonios Naguib a été élu mercredi 16 janvier par un synode réuni au Caire. Une décision qui doit être validée par Rome dans les prochains jours.

Ibrahim Isaac SEDRAK patriarche d'Alexandrie des coptes catholiques

Ibrahim Isaac SEDRAK patriarche d'Alexandrie des coptes catholiques

Un vent de jeunesse traverse la famille copte d’Égypte. Trois mois après l’élection du pape copte-orthodoxe Tawadros II, les coptes-catholiques ont appris, mercredi 16 janvier, celle du successeur du patriarche Antonios Naguib, qui avait démissionné quelques jours plus tôt en raison de son état de santé.

Exceptionnellement jeune pour une telle fonction – il n’a que 57 ans –, Mgr Ibrahim Isaac Sidrak a été élu par le synode de l’Église copte-catholique, réuni au Caire depuis lundi, au terme d’une session éclair. En Égypte, ce choix a d’ailleurs déjoué bien des pronostics. Au point, selon le site Terrasanta.net, que l’évêque de Minya (Moyenne-Égypte) aurait lui-même cherché à décliner cette charge, avant d’y consentir devant l’insistance de ses confrères. C’est dire le poids des attentes pesant sur le nouveau patriarche, deux ans après la révolution de la place Tahrir, qui a ouvert la voie aux Frères musulmans et suscité de vives incertitudes parmi la population chrétienne.

Restaurer la confiance parmi les coptes

Selon Mamdouh Chéhab, franciscain au Caire, le nouveau primat dispose de solides aptitudes pour endosser cette fonction : « C’est un homme modéré, doué d’une grande modestie et d’un sens pastoral très développé », précise le religieux, qui le connaît personnellement. Natif de la région d’Assiout, en Haute-Égypte, Mgr Sidrak a été ordonné prêtre en 1980. Après s’être installé au Caire, comme curé de paroisse, puis à Rome, pour parfaire sa formation, il a été consacré en 2002 évêque de Minya, un diocèse réputé pour son orientation caritative. En octobre 2010, il a également participé au Synode pour le Moyen-Orient, à Rome.

Numériquement plus faible que l’Église copte-orthodoxe, riche de 10 millions de fidèles, l’Église copte-catholique, qui n’en dénombre que 250 000, s’impose aujourd’hui encore comme un acteur visible de la vie sociale, grâce à ses écoles et ses hôpitaux.

Loin de s’ignorer, les deux Églises tendent aujourd’hui à se rapprocher, malgré leurs différends historiques. Mgr Sidrak et le pape Tawadros, qui ont presque le même âge, ont en commun une sensibilité œcuménique affirmée. Cette convergence laisse présager une coopération plus efficace entre les deux Églises, et donc une plus grande unité des chrétiens face aux défis d’une société égyptienne en pleine ébullition. Ce tandem paraît de nature à restaurer la confiance parmi les coptes. D’ores et déjà, le pape copte-orthodoxe a lancé l’idée d’un conseil des Églises chrétiennes, pour conforter cet élan commun.

 

A LIRE EGALEMENT : Interview de Mgr Ibrahim Sedrak  en avril 2012

 

 

Retour à la page précédente Vous souhaitez soutenir les actions de l'Œuvre d'Orient ? Nous aider

Chronique de Mgr Gollnisch

La 87ème rencontre de la ROACO (Réunion des Oeuvres d'Aides aux Eglises Orientales)

Chroniques plus anciennes