Accueil > Actualités > EGYPTE : Le monastère Sainte Catherine au Sinaï ferme ses portes pour des raisons de sécurité

EGYPTE : Le monastère Sainte Catherine au Sinaï ferme ses portes pour des raisons de sécurité

11/09/2013

L’un des plus anciens monastères du monde, celui de Ste Catherine en Egypte, a été contraint de fermer ses portes en raison de la détérioration de la sécurité en Egypte, dévastant l’économie de la zone environnante.

EGYPTE, Sinaï - Monastère Ste Catherine

EGYPTE, Sinaï - Monastère Ste Catherine

Le monastère de Sainte-Catherine a été construit par ordre de l’empereur Justinien Ier, qui régna de 527 à 565, sur le site sous le mont Sinaï où, selon les Ecritures, Dieu a parlé à Moïse, dans un buisson ardent. Mais en Juillet, les responsables égyptiens lui ont demandé de fermer ses portes, suite à la destitution de l’ancien président Mohamed Morsi, qui a provoqué des bouleversements à travers le pays et des attaques contre des églises chrétiennes.

Le monastère grec orthodoxe est habituellement une attraction touristique populaire, mais la fermeture de l’édifice a vu les visiteurs abandonner non seulement le site lui-même, mais aussi la ville voisine qui tire son nom de celui-ci, et qui tire la quasi-totalité de ses revenus du tourisme.

« Mon entreprise est maintenant inactive. Plus personne ne vient », a déclaré Sheikh Mousa al-Gebaly, le gérant d’un hôtel dans la ville et un membre de la tribu bédouine – le Gebaliya – qui gère environ 90% de l’industrie du tourisme local. « Les 5.000 d’entre nous qui vivent à Sainte-Catherine n’ont plus rien », a déclaré Mousa par téléphone. « Comment les gens vont manger? »

La région souffre déjà d’un ralentissement dans le tourisme déclenchée depuis le soulèvement 2011, mais maintenant le problème est devenu bien pire. « Nombreux sont ceux qui commencent à vendre leurs chameaux », a déclaré Mohamed Khadr, un militant de la Fondation communautaire de South Sinai, un groupe de soutien pour les habitants. « Ils ne peuvent pas se permettre de les nourrir. »

Les chameaux coûtent environ 20 livres égyptiennes (2 €) par jour pour les nourrir – un coût désormais insoutenable. Leur vente donne à leurs propriétaires un soulagement à court terme, mais les prive d’un revenu à long terme.

«Nous avons beaucoup souffert de cette fermeture», a déclaré Sheikh Taha al-Gebaly, l’un des leaders de la Gebaliya. « Il ya 28 bazars qui n’ont pas de travail aujourd’hui, et 28 cafés qui accueillent les touristes ont cessé de travailler. Il y a environ 80 véhicules de transports pour transporter les touristes vers Dahab et Sharm el-Sheikh. Ces véhicules sont garés et leurs pilotes au chômage ».

La situation est aussi grave au monastère lui-même. Il est maintenant ouvert pour les services, mais pas pour les visites, ce qui provoque une baisse des revenus qui signifie que les moines seront bientôt incapables de payer les 400 collaborateurs du monastère, qui appartiennent à la population locale, et qui travaillent dans les champs.

« C’est très mauvais », a déclaré Ahmed Mohamed, le directeur adjoint dans une auberge sur le site. « Le monastère n’a pas l’argent pour payer les Bédouins qui travaillent à l’intérieur du monastère. »

Père Paolos, un prêtre à St Catherine depuis 1972, a déclaré au site al-Monitor : « Malgré avoir plus de temps pour prier, nos prêtres vivent sans foules de visiteurs. Nous subissons une crise financière majeure, et nous ne pouvons pas couvrir les dépenses du monastère et des dizaines de familles que nous soutenons constamment. »

« Nous respectons le gouvernement égyptien, et nous allons continuer à rester fermé si c’est nécessaire. Mais nous devrons réduire de façon drastique les salaires et les autres dépenses. Nous sommes attristés de perdre le bénéfice que nous avons partagé avec la communauté bédouine. »

Les chrétiens coptes d’Egypte, qui constituent environ 10% de la population totale, ont été blâmés pour avoir incité le départ de Morsi, même si sa chute avait le soutien de toutes les religions.

Mais à St Catherine, les habitants se sont plaints que c’est à tort de s’attendre à des attaques similaires à leur monastère, où la population musulmane locale voit le site comme faisant partie de son patrimoine. « Pour les gens d’ici, le monastère est tout », a déclaré Khadr. « Nous avons grandi avec le monastère – c’est notre histoire, nos racines. »

S’exprimant à l’intérieur de l’enceinte, Ahmed Mohamed a dit: « Dans les églises de Haute-Egypte, il y avait des problèmes, mais Sainte-Catherine est un cas différent. Tout d’abord, les Bédouins savent que le monastère est important pour leur vie. Deuxièmement, l’église orthodoxe grec… est différent de l’église copte. Tout est calme dans le sud du Sinaï, et à St Catherine en particulier.  »

Mais ailleurs en Egypte, la situation n’est pas aussi stable. Jeudi, un attentat à la voiture piégée sur le ministre de l’Intérieur, Mohamed Ibrahim, a raté sa cible mais a blessé 21 autres. Ibrahim dirige la police du pays, et a été un meneur de la répression.

À St Catherine, il y avait des craintes que cette dernière attaque justifierait la poursuite de la fermeture du monastère.

« Il était prévu de rouvrir le 13 ou le 15 de ce mois », a déclaré cheikh al-Gebaly. « Mais après les attentats d’aujourd’hui au Caire, nous craignons que le couvre-feu et l’état d’urgence resteront et le monastère sera obligé de fermer pendant plus longtemps. »

 

Source : Blog Copte

 

 

 

Retour à la page précédente Vous souhaitez soutenir les actions de l'Œuvre d'Orient ? Nous aider

L’actualité de l’Œuvre

Les projets de reconstruction de l'Œuvre d'Orient en Irak et en Syrie

Chronique de Mgr Gollnisch

21/10/2017 - L'actualité de la semaine

Chroniques plus anciennes