Accueil > Les chrétiens d'Orient > La diversité des Églises > L’Église Syriaque Catholique

L’Église Syriaque Catholique

20/04/2015

Saint Pierre est, dès les années 30, le premier évêque d’Antioche.

Séparation

en 512, après le concile de Chalcédoine.

Historique

A partir du concile de Chalcédoine (451), les grecs d’Antioche adoptent progressivement la christologie de Chalcédoine, alors que les syriaques d’Antioche adoptent la christologie monophysite. Ceci explique la rupture avec Rome et Constantinople. Jacques Baradée institue une hiérarchie monophysite “jacobite” distincte du patriarcat d’Antioche. Au début du VIIIe siècle, les Arabes déferlent sur la Mésopotamie et la Syrie. L’Église syriaque est persécutée par les Byzantins (IXe siècle), les Arabes (Xe siècle), les Mongols (XIIIe siècle) et Tamerlan (XVe siècle).
En 1557, le patriarche Ignace Nemetallah se rapproche de Rome. Avec Ignace André Akhidjan, élu patriarche en 1662, l’Église prend le nom d’Église syriaque catholique, mais l’opposition à l’union persiste jusqu’en 1783.
Cette Église, dont le patriarche réside au Liban, est appelée indifféremment syriaque ou syrienne. Elle regroupe environ 175 000 fidèles. L’Église syriaque jacobite a son siège à Damas. Elle compte 750 000 fidèles.

Depuis le 22 janvier 2009, le Patriarcat établi au Liban est gouverné par S.B. Ignace Youssef III Younan.

 

Retour à la page précédente

L’actualité de l’Œuvre

Avril 2016 : sortie du livre de Mgr Pascal Gollnisch "Chrétiens d'Orient, résister sur notre terre"

Chronique de Mgr Gollnisch

Faut-il accorder des visas au réfugiés ? La francophonie au Moyen-Orient

Chroniques plus anciennes