Accueil > Actualités > L'actualité des Chrétiens d'Orient > Journée de la francophonie – 350 000 élèves suivent leur scolarité en Français dans plus de 520 établissements au Moyen Orient

Journée de la francophonie – 350 000 élèves suivent leur scolarité en Français dans plus de 520 établissements au Moyen Orient

20/03/2017

Communiqué de presse. Vers la disparition de la francophonie au Moyen-Orient ? « Si nous ne faisons rien pour les écoles catholiques, la pratique du français disparaîtra au Moyen-Orient », le cri d’alarme de Mgr Pascal Gollnisch, directeur général de l'Œuvre d’Orient.

Les écoles catholiques du Moyen-Orient sont des acteurs majeurs de la francophonie dans la région. En effet, elles enseignent en français à plus de 150 000 élèves (170 écoles) en Égypte, 190 000 (329 écoles) au Liban, 10 000 (35 écoles) en Israël/Palestine, 3 500 (6 écoles) en Turquie, 3 800 (8 écoles, en 2014) en Syrie. Sans compter celles qui enseignent la langue française comme 2e ou 3e langue.

 

Implantées dès la fin de l’Empire ottoman, elles ont été et demeurent LE vecteur de la langue française. Pour les Libanais, « la langue française fait partie de notre patrimoine. Elle est porteuse des valeurs de la France : liberté, égalité, fraternité ; valeurs essentielles dans le contexte actuel. Pourtant, elle perd chaque année du terrain. Les raisons en sont multiples et pas uniquement liées à un phénomène mondial.

 
C’est en entendant les difficultés de ces établissements francophones, que l’Œuvre d’Orient a décidé d’organiser un premier colloque, à l’été 2014, pour dresser un état des lieux avec les principaux acteurs de l’enseignement catholique au Moyen-Orient. Puis un 2e colloque, en 2016, pour réfléchir autour des défis auxquels ils sont confrontés.

 
Ainsi on peut affirmer que des actions concrètes peuvent être mises en place pour freiner -- voire enrayer- la baisse de l’apprentissage du français au Moyen-Orient.

 
« Ce n’est plus un constat, même si des constats ont été effectués, c’est un combat », souligne Mgr Gollnisch, poursuivant : « Un de nos rôles est d’expliquer aux pouvoirs publics nationaux et internationaux de la francophonie, que l’enseignement libre au Moyen-Orient, catholique et francophone en particulier, est en danger.

 
Les congrégations religieuses ne peuvent continuer à porter seules à bout de bras cet effort éducatif qui, parfois comme au Liban, représente les 2/3 des structures d’éducation. Rappelons que leurs écoles sont ouvertes à tous, chrétiens et musulmans. Elles ne sont pas des institutions richissimes et doivent aussi accueillir aujourd’hui des déplacés, des réfugiés qui ne peuvent pas toujours payer les scolarités.

 
Si nous n’agissons pas dans les mois à venir, l’enseignement catholique peut s’effondrer et par conséquent la francophonie. Nous devons mettre les autorités devant leurs responsabilités. On ne peut pas à la fois se réjouir que le français soit encore une langue internationale connue et reconnue, et freiner l’action des Instituts français ou de l’AEFE, qui font au demeurant un excellent travail en bonne intelligence avec les établissements mais avec des moyens de plus en plus limités.

 
La France n’a peut-être plus les moyens mais il faut en mesurer les conséquences, à savoir la perte d’influence de la France au Moyen-Orient ».

 

Retrouvez la synthèse du colloque organisé par l’Œuvre d’Orient
à Paris les jeudi 26 mai et vendredi 27 mai 2016

Retour à la page précédente Vous souhaitez soutenir les actions de l'Œuvre d'Orient ? Nous aider

L’actualité de l’Œuvre

Les projets de reconstruction de l'Œuvre d'Orient en Irak et en Syrie

Chronique de Mgr Gollnisch

18/03/2017 - Les Eglises Gréco-catholiques en Ukraine et Roumanie

Chroniques plus anciennes