Jeune, je m’engage !

25/01/2017

Les différentes propositions de l'Œuvre d'Orient pour les jeunes :

 

 

Contact : Ariane de Cezac -- 01 45 48 01 03 -- polejeunes@oeuvre-orient.fr


Le témoignage de Cyril, séminariste, en mission actuellement à Jérusalem, Israël

 

Source la Croix

L’Œuvre d’Orient va envoyer des jeunes volontaires en mission

 

Pour des missions longues ou des « séjours de sensibilisation », des jeunes de 20 à 30 ans pourront se mettre au service des Églises d’Orient, par l’entremise de l’Œuvre d’Orient.

160 ans après sa création, l’Œuvre d’Orient se veut toujours au plus près des Églises catholiques en Orient. Pour répondre à leurs besoins, l’institution vient de décider un « virage » stratégique : en plus de financer chaque année 800 projets dans 23 pays de l’Ukraine à l’Inde en passant par le Moyen-Orient, elle compte y envoyer dès cet été des jeunes volontaires. « Nous connaissons bien les communautés locales avec lesquelles nous entretenons des liens d’amitié. Nous leur avons demandé de nous indiquer les projets que des jeunes catholiques français pourraient venir les aider à mener », explique Philippe Alquier, responsable avec Ariane de Cézac de ce nouveau « pôle jeunes ».

Deux types de missions seront proposés : des missions longues, de six mois à un an renouvelables, pour des étudiants ou jeunes professionnels de 20 à 30 ans, et des séjours courts de « sensibilisation » à destination d’individuels ou plutôt de groupes déjà constitués, scouts par exemple.

Des tâches spécifiques selon les endroits

Pour la sélection, la formation et le choix du statut des premiers – volontariat de solidarité internationale, service civique ou stage –, l’Œuvre d’Orient travaillera en partenariat avec la Délégation catholique pour la coopération (DCC). « Nous conservons le choix de la mission, une part de la formation aussi, pour aider les volontaires à se repérer dans les 12 Églises locales, et surtout leur accompagnement sur place », indique Philippe Alquier. Quant aux candidats à des séjours courts, l’Œuvre se contentera de les mettre en contact avec une communauté religieuse qui définira avec eux les tâches qu’elle souhaite leur confier.

En Irak, le besoin de psychologues spécialisés dans le traitement du stress post-traumatique se fait déjà sentir. Des volontaires pourraient également aider à la reconstruction de Qaraqosh en tenant une « banque d’outillage, sorte de Kiloutou local », ou en mettant en place du microcrédit. Dirigée depuis un an par Églantine Gabaix-Hialé dont le contrat prendra fin en mars, la radio chrétienne Salam, à Erbil, cherche aussi un volontaire arabophone pour prendre sa suite. En Ukraine, des centres accueillant des personnes handicapées ont également manifesté leur intérêt, ainsi que des écoles tenues par des sœurs en Égypte.

Une importante dimension ecclésiale

Les candidats peuvent faire part de leur motivation via une adresse mail, avant d’être, le cas échéant, contactés pour un entretien.

« La sécurité est évidemment une question prioritaire pour nous », reconnaissent les responsables du pôle jeunes. « Pour cette raison, l’Érythrée et l’Éthiopie nous posent question. Et dans un premier temps, nous n’enverrons pas de volontaires en Syrie. » Mais la dimension ecclésiale de ce volontariat est tout aussi importante à leurs yeux. « D’autres organismes qui envoient des volontaires ne sont pas des œuvres d’Église », rappelle Philippe Alquié. « Nous souhaitons envoyer des catholiques engagés, qui représenteront l’Œuvre d’Orient sur place : dans leur manière d’être et de faire, ils doivent être vraiment au service des Églises locales ».

Anne-Bénédicte Hoffner

Retour à la page précédente Vous souhaitez soutenir les actions de l'Œuvre d'Orient ? Nous aider

L’actualité de l’Œuvre

Les projets de reconstruction de l'Œuvre d'Orient en Irak et en Syrie

Chronique de Mgr Gollnisch

18/02/2017 - À propos de Daesh

Chroniques plus anciennes