Accueil > Actualités > L'actualité des Chrétiens d'Orient > En Irak, quatre ans après Daech, l’Église chaldéenne face à ses « défis »

En Irak, quatre ans après Daech, l’Église chaldéenne face à ses « défis »

14/08/2018

Réunis en synode à Bagdad du 7 au 13 aout, les évêques chaldéens ont examiné « les principaux défis » auxquels sont confrontés le pays et leur Église. Retrouvez les conclusions de ce synode.

SB Sako

SB Sako

Source article La Croix

En ouvrant  le synode des évêques au siège du Patriarcat à Bagdad, le patriarche – et désormais cardinal – Louis Raphael Sako a souhaité qu’il « marque un tournant dans l’histoire » de l’Église chaldéenne […]

Un bilan terrible

« L’action de Daech pendant ces quatre années a été absolument effroyable : génocidaire, criminelle et d’une cruauté inimaginable », rappelle Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient. « La communauté internationale a été lente à agir et l’Irak en paye aujourd’hui le prix  : villes ou villages en partie détruits, populations terrorisées, hébétées et ne voyant plus d’avenir dans leur pays. Or il n’y a pas d’avenir pour les chrétiens si le pays dans son ensemble ne retrouve pas la paix et la liberté. » […]

Des Églises affaiblies

De fait, tout est à reconstruire  : l’économie, les institutions dont l’État – « qui doit trouver son avenir hors de toute influence régionale étrangère », insiste Mgr Golnisch –, et surtout l’idée même d’une coexistence entre chrétiens, musulmans sunnites et chiites, chabaks, kakaïs, mandéens, etc.

La situation des Églises chrétiennes, en particulier, est dramatique  : affaiblies par l’émigration des deux tiers de leurs membres, elles sont loin de s’être remises du désastre et redoutent d’être, à l’image de leurs sœurs d’Iran ou de Turquie, réduites à l’état de « témoins » d’un glorieux passé…

Malgré tout, dans ce contexte critique, « une partie de leurs membres veulent s’accrocher à leur terre », constate Mgr Gollnisch. Plusieurs milliers d’entre elles sont rentrées à Karakosh, la plus importante des villes majoritairement chrétiennes de la plaine de Ninive, où les écoles et les couvents des sœurs ont déjà rouverts.

Maintenir la générosité

25 % des logements de la ville – ceux qui étaient les moins abimés – ont pu être réparés, essentiellement avec l’aide d’organisations chrétiennes de solidarité.



Les conclusions du synode ont principalement portés sur :

Les affaires ecclésiales

  • la formation du clergé et des religieux pour conserver l’identité orientale de leur Église, la prise en compte de la souffrance des chrétiens de Mossoul et de la Plaine de Ninive ainsi que celles de leurs concitoyens, due à l’occupation de Daech, au déplacement, à la situation politique en Irak
  • les remarquables efforts réalisés par les Églises d’un point de vue humanitaire et social pour la reconstruction des maisons, et l’encouragement au retour
  • l’encouragement à l’espérance et à se tenir ferme dans la foi, avec patience
  • «  Ainsi donc, nous aussi, entourés de cette immense nuée de témoins, et débarrassés de tout ce qui nous alourdit – en particulier du péché qui nous entrave si bien –, courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée,les yeux fixés sur Jésus, qui est à l’origine et au terme de la foi. Renonçant à la joie qui lui était proposée, il a enduré la croix en méprisant la honte de ce supplice, et il siège à la droite du trône de Dieu. » Hebreux 12, 1-2

Les affaires publiques

Les chrétiens irakiens attendent toujours la formation d’un gouvernement national fort qui leur offre, à eux et à tous les citoyens irakiens, l’égalité, la liberté, la démocratie et une vie décente respectant le pluralisme.

Les Pères synodaux soutiennent fermement la lettre de SB Louis Raphael Sako aux politiciens irakiens , en date du 30 juillet 2018 qui :

  • souligne les efforts des Irakiens qui ont fait preuve de bonne volonté dans la construction de l’unité nationale;
  • demande d’affronter strictement la corruption généralisée; et d’assurer le fonctionnement « précis » des institutions constitutionnelles pour travailler avec diligence à la promotion de l’économie irakienne et offrir des possibilités d’emploi aux générations à venir, loin des quotas et du sectarisme.

Les pères synodaux exigent également que le gouvernement aide les familles déplacées à restaurer leurs maisons, à réhabiliter leurs infrastructures, à maintenir leurs propriétés et à mettre un terme au processus de changement démographique. Dans le même temps, ils exhortent la communauté internationale à les aider à obtenir un retour décent et sûr.

Retrouver les Conclusion du synode chaldeen 2018

Retour à la page précédente Vous souhaitez soutenir les actions de l'Œuvre d'Orient ? Nous aider

L’actualité de l’Œuvre

Les projets de reconstruction de l'Œuvre d'Orient en Irak et en Syrie

Chronique de Mgr Gollnisch

15/09/2018 - L'actualité de la semaine

Chroniques plus anciennes